Carnet de bord du projet MARGUERITE au collège Elsa Triolet à Vénissieux (69)

Julie Le Gall

Maître de conférence, coordinatrice du projet MARGUERITE
ENS de Lyon
UMR Environnement Ville et Société

Myriam Laval

Professeure d'Histoire-Géographie associée à l'Ifé
Collège Elsa Triolet

Abdel Benlechhab

Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre associé à l'Ifé
Collège Elsa Triolet

Chloé Serrÿn

Stagiaire - Rédactrice du carnet de bord Elsa Triolet 2015-2016
Ifé ENS de Lyon

Publié par

Gérard Vidal

Directeur de publication
Ifé ENS de Lyon
Résumé

Séance du 7 Janvier 2016 du Projet MARGUERITE au collège Elsa Triolet à Vénissieux avec la classe des 5ème ? encadrés par Myriam Laval (professeur d'Histoire-Géographie) et Abdel Benlechhab (professeur de Sciences de la Vie et de la Terre), et accompagnés par Julie Le Gall (maître de conférence à l'UMR Environnement Ville et Société) et Chloé Serrÿn (étudiante de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon en stage à l'Institut Français de l'Education). L'objectif de la séance était de mettre en place des potagers de groupe de 4 élèves : il fallait donc départager le terrain, travailler la terre en bînant avec les outils appropriés et délimitater physiquement le contour de chaque potager à l'aide de bouteilles de plastique remplies de colorant. Après une heure de travail en extérieur, les potagers étaient fin prêts.


Table des matières
Liste des illustrations
Liste des figures Contenant une vidéo

13ème séance du projet MARGUERITE à Elsa Triolet - 7 janvier 2016


Table des matières

En ce début d'année 2016, et après le repos hivernal des vacances de Noël, le potager mis en place à l'automne précédent avait bien besoin d'attention. Il était donc temps pour les élèves de retourner au potager. Première étape : remise en fonction du potager en travaillant la terre.

L'espace potager après les vacances de Noël - la préparation de la séance.

Figure 1. L'espace potager après les vacances de Noël - la préparation de la séance.

Sur une idée originale rencontrée au Brésil, des petits potagers individuels (ou presque) seront mis en place. Les élèves se sont regroupés en équipe de 4, chacune responsable d'un espace de terre. Chaque potager d'équipe va être délimité par des bouteilles de plastique remplies de colorant plantées dans le sol, une fois le sol retourné.

Les objectifs attendus de la séance

Plusieurs objectifs sont listés pour cette séance de jardinage en plein air :

Déroulement de la séance

Dès l'arrivée des élèves au niveau du potager, une certaine motivation était palpable. Plusieurs d'entre eux ont remarqués que des épinards avaient poussé à l'emplacement du potager précédent, et qu'il restait au sol quelques radis "tout petits et un peu moisis".

Les professeurs, M. Benlechhan et Mme Laval, ont alors annoncé aux élèves que chaque équipe allait dorénavant s'occuper entièrement de son potager pour la suite du projet : préparer la terre, les plantations, l'arrosage, le suivi et la récolte. Ils ont alors rappelé l'exemple du Brésil vu lors de la séance précédente.

Exemple de potager mis en place au Brésil

Figure 2. Exemple de potager mis en place au Brésil

Potager mis en place dans un municipio à la périphérie de Curitiba (Brésil) dans une école pour enfants autistes.

Séjour de terrain Julie le Gall 2015


Mais pour faire son potager, il faut d'abord travailler la terre avec des outils. Oui mais lesquels ? Les professeurs ont d'abord demandé aux élèves s'ils connaissaient le nom de deux outils : la bêche et la fourche.

Figure 3. Présentation des outils. comment les élèves nomment spontanément deux outils pour travailler la terre : la fourche et la bêche.

Présentation des outils : comment les élèves nomment spontanément deux outils pour travailler la terre : la fourche et la bêche.


Les équipes se sont alors regroupées, et chacune d'entre elle s'est vue attribuée un espace de terre dans lequel il fallait délimiter à l'aide de batons la forme du futur potager. Quand certaines équipes ont tranquillement dessiné leur potager dans l'espace accordé, d'autres se sont disputés l'espace pour délimiter le plus grand potager possible.

Figure 4. Conflit pour la terre

Appropriation de l'espace : ou comment les élèves se disputent leur lopin de terre.


Une fois qu'il a été expliqué que la taille du potager n'était pas le but recherché, et que plus le potager serait grand, plus il y aurait de travail, les 5 équipes présentes ont fini par s'entendre sur la délimitation de chaque parcelle. A alors débuté le travail de la terre. Chaque équipe avait une bêche et / ou une fourche. Quelques rares élèves ont utilisés spontanément les outils correctement, mais les quatre encadrants présents ont pris le temps d'expliquer aux équipes comment fonctionnait chaque outil.

Figure 5. Démonstration de l'usage de deux outils pour travailler la terre : la bêche et la fourche.

Utilisation des outils par les élèves.

Figure 6. Utilisation des outils par les élèves.

Les élèves utilisent volontiers les différents outils présentés : bêche, fourche, transplantoir, plante-chou.


De manière intéressante, plusieurs élèves ont demandé où est-ce qu'on mettait la terre qu'on enlevait. De même, de nombreux élèves ont exprimé leur dégoût à la vue des premiers vers de terre. A chacune de ses remarques il était expliqué que la terre devait être retournée pour être aérée et non pas enlever de la parcelle, et que les vers de terre était des éléments importants à conserver dans son potager car ils permettent d'aérer la terre pour faciliter la circulation de l'eau et de l'air. Une fois ces informations données à certaines équipes par les encandrant, les élèves se sont empressés de les relayer à leurs voisins.

Figure 7. Le rôle des vers de terre

Le rôle des vers de terre : du dégout initial des élèves à leur compréhension de l'utilité d'un tel associé dans le travail de la terre.


La quasi-totalité des élèves qui n'avaient pas initialement les outils ont voulu les utiliser aussi, à part quelques uns qui ont préféré rester loin de la terre humide et salissante.

Après de nombreux efforts effectués volontairement et avec l'aide des encadrants, le sol dans l'espace initialement délimité par les batons fut entièrement retourné. Certaines équipes ont même été très actives jusqu'à l'obtention d'un résultat très satisfaisant. Pendant ce temps, des élèves de chaque équipe, aidés des encadrants, remplissaient les bouteilles d'eau et de colorant pour la suite de l'opération.

Figure 8. Tout le monde au travail de la terre

Tous les élèves se sont appropriés le travail de la terre : que ce soit avec les outils (bêche, fourche, transplantoir, pioche) ou avec les mains.


A la fin de la séance de 50 minutes, voici le résultat dans le potager :

Figure 9. Et le résultat final

Les élèves s'activent pour finir leur potager dans les temps.


Les différentes équipes.

Figure 10. Les différentes équipes.

... et sur les élèves :

Les élèves à la fin de la séance du travail de la terre.

Figure 11. Les élèves à la fin de la séance du travail de la terre.

Les résultats de la séance

En terme d'objectifs attendus, les élèves ont su apprendre à utiliser les outils, dont les noms sont en cours d'apprentissage. Ils ont réussi à bêcher entièrement leur sol pour construire leur potager individuel.

En terme d'objectifs émergents ou non attendus lors de cette séance, les élèves ont su défendre leur espace de terre.

Le retour des élèves après la séance au potager.

Figure 12. Le retour des élèves après la séance au potager.

Les comptes-rendus des élèves après la séance au potager.

Clic droit et ouvrir l'image dans un nouvel onglet pour visualiser l'image dans sa résolution d'origine.